Foire aux questions

Retrouvez ci-dessous les réponses aux questions les plus fréquentes

Filtrer sur une ou plusieurs thématiques
  1. Publiée le 07/05/2019

    Quels sont les modes de financement pour un projet d’intérêt commun ?

    Les projets reconnus d’intérêt commun par l’Union Européenne sont les projets qui contribuent le plus aux priorités en matière d’infrastructures énergétiques transeuropéennes et dont la mise en œuvre est essentielle à la réalisation des objectifs de l’Union Européenne en matière de politique énergétique et climatique. En tant que projet PIC, le projet Celtic Interconnector a obtenu le soutien de l’Union Européenne en bénéficiant à deux reprises de subventions de près de 4 millions d’euros chacune pour mener les études de faisabilité du projet. A la suite des études de faisabilité et d’une analyse coût-bénéfices, RTE et Eirgrid ont fait une demande d’investissement pour les travaux auprès des régulateurs français et irlandais (la CRE et la CRU). Ces derniers ont pris une décision le 25 avril dernier sur la répartition des coûts entre les deux pays, amenant la France à porter 35% des coûts d’investissement pour ce projet. Les régulateurs ont procédé à une consultation publique sur le dossier de demande d’investissement qui leur a été transmis par RTE et EirGrid. Sur la base de la décision prise par les régulateurs, RTE et EirGrid vont soumettre en juin 2019 une demande de subvention auprès de l’Union Européenne. Sous réserve de l’obtention d’une subvention permettant de respecter les équilibres économiques dans les deux pays, le projet sera donc financé pour une part par une subvention et pour le reste par RTE et EirGrid. La part qui sera in fine financée par RTE est couverte par le TURPE.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  2. Publiée le 01/04/2019

    Le projet Celtic Interconnector est-il corrélé à celui du CCG (Centrale Cycle Combiné Gaz) ?

    Le projet de Centrale à Cycle Combiné au Gaz et le projet Celtic Interconnector ne répondent pas aux mêmes finalités et ne s’inscrivent pas dans les mêmes échéances. Celtic Interconnector a pour objectif premier d’accompagner la transition énergétique à l’échelle européenne. Le projet contribuera également à la sécurisation d’approvisionnement de l’Irlande et de la France et à la solidarité européenne. Le CCG de Landivisiau fait, lui, partie des mesures du Pacte électrique breton pour la sécurisation de l’alimentation électrique en Bretagne.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  3. Publiée le 01/04/2019

    Le câble sera-t-il visible une fois installé ? Des pylônes sont-ils prévus ?

    Le câble sera entièrement souterrain. Il ne sera donc pas visible. Les travaux ne prévoient l’installation d’aucun pylône.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  4. Publiée le 01/04/2019

    Le projet va-t-il faire baisser ma facture ?

    Le prix de l’électricité est la résultante de très nombreux facteurs. Le fait de développer des interconnexions entre les différents pays européens est l’un de ces facteurs. Cela permet d’augmenter les possibilités d’échange d’énergie entre les Etats membres et de garantir à chaque instant que l’électricité la moins coûteuse du système électrique européen soit accessible aux consommateurs.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  5. Publiée le 01/04/2019

    En quoi Celtic Interconnector est un projet d’intérêt commun ?

    Celtic Interconnector a été reconnu comme Projet d’Intérêt commun par l’Union Européenne, puisqu’il répond aux objectifs d'interconnexion, qui sont essentiels à la réalisation de la transition énergétique de l'Europe. En effet, pour atteindre ses objectifs climatiques et énergétiques, l'Europe impulse et soutient politiquement le développement des interconnexions transfrontalières. Celles-ci permettent aux citoyens de l’Union Européenne de bénéficier d’une électricité plus sûre, plus verte et au meilleur coût.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  6. Publiée le 29/01/2019

    La concertation : qu'est-ce-que c'est, à quoi ça sert ?

    La France et l’Irlande instruisent chacun le projet selon leurs procédures nationales. En outre, Celtic Interconnector étant identifié comme Projet d’Intérêt Commun (PIC), les deux pays doivent assurer une information et une participation du public, conformément aux exigences européennes. La concertation s’entend comme un dialogue continu et ouvert entre le maître d’ouvrage (RTE) et les parties prenantes concernées par le projet : les services de l’État, les élus des collectivités locales, les usagers de la mer, les acteurs socio-économiques, les associations environnementales. Ces échanges, engagés dès le début du projet, sont destinés à affiner notre connaissance du territoire et de répondre aux enjeux locaux. Aujourd’hui, la concertation se poursuit avec la population. Du 29 janvier à avril 2019, la concertation préalable au public, décidé par la Commission Nationale du Débat Public (CNDP), va permettre aux citoyens du territoire concerné d’apporter leur contribution au projet, lors de rencontres avec RTE et via les outils de communication mis à disposition. La concertation se déroulera sous le contrôle de deux garantes indépendantes nommées par la CNDP, chargées de veiller à son bon déroulement. En parallèle des réunions publiques et des permanences locales, des cercles de travail thématiques seront organisés avec les acteurs les professionnels et représentants associatifs (pêche maritime, activités et loisirs, développement du territoire, agriculture …). Par la suite, sur la base du bilan de la concertation réalisé par les garantes et de la restitution des avis recueillis sur les fuseaux envisagés, RTE pourra proposer le meilleur itinéraire possible pour le passage de la future liaison souterraine (fuseau dit « de moindre impact »).

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  7. Publiée le 29/01/2019

    Quels seront les effets sur l’économie locale (emplois, retombées, services…) ?

    Les retombées pour l’économie locale existent essentiellement en phase chantier et pour la partie prestations du projet quand les travaux concernés n’exigent pas de technicité, donc d’expertise, particulière. La moitié du coût du projet est constitué de fournitures spécifiques qui ne sont pas disponibles sur place. RTE cherche à faciliter l’accès à ces travaux aux entreprises locales. Des retombées indirectes (hôtellerie, restauration…) sont également possibles.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  8. Publiée le 29/01/2019

    Quels sont les enjeux environnementaux du projet ?

    RTE a mandaté un cabinet spécialisé pour réaliser des analyses environnementales plus précises incluant des expertises écologiques, pour la future liaison et les stations de conversion. RTE associe chacun des acteurs locaux et les associations concernées pour mener à bien ces études environnementales et préciser le projet jusqu’à la définition d’un tracé plus précis visant à éviter les espèces protégées et les zones à forts enjeux environnementaux.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  9. Publiée le 29/01/2019

    Pourquoi avoir choisi cette aire d’étude ? Comment la justifiez-vous ?

    L’aire d’étude est avant tout conditionnée par le tracé de la partie marine de la liaison, qui cherche, notamment, à éviter des zones environnementales marines protégées. Par ailleurs, il convenait de rejoindre le poste existant de La Martyre, en s’appuyant sur les limites des infrastructures existantes et en évitant autant que possible les zones naturelles, tout en restant sur un périmètre raisonnable entre le point d’atterrage et le poste de raccordement, afin de limiter le coût du projet. Cette aire d’étude a donc été définie sur ces bases, puis présentée par RTE en réunion plénière, en présence de la sous-préfète de Morlaix (par intérim) Anne Tagand et de différentes parties prenantes (dont des associations environnementales). Elle a été validée par cette instance.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  10. Publiée le 29/01/2019

    Quels sont les bénéfices du projet ?

    La transition énergétique et notamment le développement des énergies renouvelables est un enjeu pour l’Union européenne et pour la France, qui en a fait une de ses priorités en matière de développement durable. Le projet Celtic Interconnector contribue à mettre en œuvre cette ambition et à la traduire concrètement. Celtic Interconnector va permettre de aux consommateurs européens de bénéficier d’un marché de l’électricité plus ouvert en favorisant la circulation de l’électricité en Irlande, en France et à travers toute l’Europe continentale. La sécurité d’alimentation électrique entre les deux pays sera renforcée, leur permettant ainsi d’être solidaires l’un de l’autre en cas d’imprévus (incidents techniques, pics de consommation…). Plus largement, le projet participe à la solidarité électrique européenne et doit permettre à l’Irlande de bénéficier sans intermédiaire du marché intégré européen de l’électricité.

    Masquer la réponse Afficher la réponse
  11. Publiée le 29/01/2019

    Quelle est la consistance du projet Celtic Interconnector ?

    Le projet Celtic Interconnector consiste en une liaison à courant continu et alternatif de 575 km entre les réseaux électriques français (La Martyre) et irlandais (à l’Est de Cork). Longue de 500 km environ, la liaison sous-marine reliera la côte de la région de Cork et la Côte de la Ceinture Dorée en Bretagne, en passant à l’Ouest des îles Scilly. Le câble électrique sera préférentiellement ensouillé, c’est-à-dire enfoui dans le sol, et en cas d’impossibilité il sera posé au fond de la mer et protégé.

    Masquer la réponse Afficher la réponse